jeudi 10 octobre 2019

"Elle et elle" de Sylvie Godefroid

Paru aux Editions Lamiroy, le dernier livre de Sylvie Godefroid, un recueil de poèmes, s'ouvre sur un prélude de Francis Lalanne, dont on ressent combien il a été touché par la poésie sensible et à fleur de coeur de celle qui est aussi romancière et auteur dramatique. Nous l'avions rencontrée à la parution de ses deux romans et avions été déjà saisi par cette manière de sincérité profonde et spontanée qui est le matériau où Sylvie Godefroid puise l'inspiration musicale de son oeuvre. 

Les épreuves, les douleurs, les angoisses, les souffrances n'ont pas épargné l'auteure de L’anagramme des sens et de La balade des pavés un roman à propos duquel nous écrivions alors:

 « Sylvie Godefroid nous suggère peut-être une réponse à cette énigme de la littérature. Auteure de deux romans et d’un nombre incalculable de textes poétiques qu’elle dépose quotidiennement sur sa page Facebook, elle semble trouver avec sa "balade des pavés" une voix littéraire où convergent salutairement ses deux sources d’inspiration : la sensibilité extrême aux choses de la vie et la nécessité de partager. En poésie, elle fait ses gammes. Au quotidien de sa poésie elle traduit dans la musique des mots l’émotion du moment, l’avidité d’un bonheur, la gourmandise de vivre, la beauté simple des moments de grâce. Le roman est travail de plus longue haleine. Sylvie Godefroid plonge la plume dans l’encre des épreuves traversées, dans l’encre du coeur battant toujours le rythme de ceux qui vivent pleinement, dans l’encre - lumière qu’est l’humour, la joie, l’enthousiasme jamais démenti. Mais l’écrivain aborde la gravité avec les mots. La gravité est dans ce qu’elle vit, qu’elle choisit de partager avec nous. Il ne s’agit pas ici de ces auto-fictions complaisantes dont d’autres font leur miel amer. Il s’agit avec Sylvie Godefroid d’alchimie : une des fonctions de la littérature ? »

A lire ce dernier recueil, « Elle et Elle »  paru aux Editions Lamiroy on voit que l’exploration de l’énigme de soi ne cesse de se développer, de s’enrichir, de se nourrir de la poésie. Il y a à chacune des pages paires, imprimées en italiques, comme si la typographie devait adoucir les angles, l’évocation des grandes douleurs : celles de l’enfance, du cancer, de la quête éperdue d’amour, de la détestation et en regard, les pages impaires se déploeint comme des chants de combat et de révolte contre la maladie et la page blanche, la solitude et l’abandon. J’ai commencé à vivre/Le jour où j’ai cessé d’avoir peur/De l’encre et de mes ratures s’exclame celle qui ne cesse aujourd’hui d’écrire, poésie, roman, théâtre. On sent aujourd’hui cette jubilation apaisée de celle qui est sortie victorieuse des champs de bataille, mais qui maintient la vigilance aux aguets de nouveaux assauts. On sait alors, à la lire, combien la page blanche est lumière et salut !

On aime à lire cet aveu,  qui clôture le livre, qui est baume au cœur et nous ravit :

Je cultive le délicat bonheur
De la mélancolie
De la tristesse apprivoisée
Comme une feuille d’automne
Sur les pavés de la vie
Est-il paradoxal
De rayonner en vous disant
A quel point je suis heureuse
Maintenant ? 

Il faut suivre, au delà des livres, les destins de cette artiste qui nous retient dans cet enchantement étonné dont elle a l’art du partage.

Jean Jauniaux, le 10 octobre 2019



"L'hirondelle des Andes" le roman à coeur ouvert de Michel Torrekens


Après  Papas  et  Le géranium de Monsieur Jean , les Editions Zellige accueillent dans leur catalogue « Vents du Nord », le dernier roman de Michel Torrekens, L’hirondelle des anges .
L’histoire que le livre nous raconte (synthétisée ci-dessous) est, - il s’agit d’une œuvre littéraire -  prétexte à une exploration de la nature humaine incarnée à la fois dans les personnages, dans la personnalité de l’auteur et dans ses choix stylistiques. Torrekens est un humaniste. Il use de son empathie naturelle pour aller à la rencontre de l’autre, à la recherche de la vérité des êtres qu’il met en scène et à l’impossibilité d’ isoler cette inaccessible vérité. Il réussit avec sensibilité le déploiement de la complexité des êtres et des circonstances.
Torrekens est un écrivain de tendresse. Il plonge la plume dans l’encrier du cœur pour ouvrir, à la manière d’un aquarelliste, une  palette  de coloriste apprivoisant autant les nuances de la lumière que les lignes des paysages. Il déploie ainsi l’éventail de son récit, dans un mouvement ample et lent que scandent les trois parties dans lesquelles il s’inscrit : les temps finis, suspendus et infinis. Au fil de ces temps, le lecteur accompagne Pauline dans la quête d’une mère disparue qui est aussi une quête de soi. Nous ne dévoilerons pas ce qui lui est advenu, ni l’issue de cette quête  à laquelle nous convient les dernières pages du livre, clé de voûte bouleversante de la lecture, aboutissement d’un chemin escarpé semblable à ceux des Andes. Il faut se laisser guider par le romancier, à son rythme, empruntant aussi bien les routes de traverse, que les grandes trajectoires narratives.
Dans  Le rouge et le noir  Stendhal proposait une définition du roman : «  c’est comme un miroir que l’on promène le long du chemin… » . Le livre de Torrekens s’aligne avec grâce dans la métaphore, qu’il démultiplie ici. L’hirondelle des anges , miroir certes, mais à multiples facettes, reflète aussi bien le « chemin » que l’image de la protagoniste centrale du roman, et celle des espaces et des êtres qu’elle sera amenée à rencontrer. Elle sera plongée dans un univers inconnu jusque là pour elle, qui est aussi bien ce Pérou millénaire dans lequel elle va s’immerger, que la personnalité et l’histoire de sa mère. Mais, et c’est là sans doute l’interrogation ultime du roman, il s’agit d’une recherche obstinée et irréversible  de la réconciliation. Le fait que celle-ci soit irréalisable n’enlève rien à la nécessité de la poursuivre sans cesse, en tous lieux et tous temps. Réconciliation avec soi, avec les êtres les plus proches, mais aussi, au-delà de l’espace et du temps romanesques, avec l’humanité dont chaque livre, lorsqu’il est de qualité comme celui-ci, est le reflet aussi indispensable qu’inquiet.
Dans un style proche de la « ligne claire » , Torrekens va au plus près des êtres. C’est ce qui fait de lui un romancier auquel on ne peut pas ne pas s’attacher, au fil des livres, romans et nouvelles,  et des personnages qu’il nous invite à approcher, comme il le fait lui-même,  à cœur ouvert.

Jean Jauniaux, le 10 octobre 2019

Dans une prochaine « Livraison » , nous entendrons Michel Torrekens répondre à notre curiosité à propos de son roman, mais aussi de la maison d’édition qui l’accueille dans une collection « à double vocation : accueillir des textes inédits d’auteurs belges contemporains et ré-éditer des classiques de la littérature belge aujourd’hui introuvables ».  
Nous l'avions interviewé à la sortie de son premier roman, chez le même éditeur: Le géranium de Monsieur Jean. Cet interview est toujours accessible sur le site de espace-livres en cliquant sur ce lien vers un article intitulé "Le coeur sensible" ...

Ce que nous raconte l'Hirondelle des Andes...



À la suite du décès de son père, «Monsieur Jean», Pauline prend une décision radicale : tourner le dos à une carrière enviable et partir au Pérou où sa mère a disparu dans des circonstances troubles lors d’une mission humanitaire.
Elle atterrit à Lima et découvre la violence due à l’immense pauvreté́ des bidonvilles de la capitale. Comme sa mère avant elle, elle rencontre des femmes qui ont décidé́ de se battre pour sortir de cette misère. À leur contact, ses repères et valeurs changent peu à peu. Elle vibre également à sa vie de femme épanouie avec un archéologue qui l’initie à la vieille culture Mochica.
Elle n’en oublie pas pour autant sa quête familiale et part sur les traces de sa mère, avec comme guide Lucia, jeune Péruvienne pleine de vivacité́. D’abord à Cerro de Pasco, la plus haute ville minière au monde, puis à Cuzco, l’ancienne capitale Inca. Sur sa route, Pauline croise de nombreux personnages hauts en couleur et assemble pas à pas les pièces d’un puzzle incomplet. Ce qu’elle découvrira ne correspondra à aucun des scenarios qu’elle avait imagines.


Peu avant que son père ne s'éteigne, Pauline lui promet d'aller au Pérou sur les traces de sa mère, disparue lors d'une mission humanitaire. Est-elle morte ? A-t-elle été enlevée par les guérilleros du Sentier lumineux ? Arrivée à Lima la boule au ventre, elle retarde le moment de partir à sa recherche, dans un processus de procrastination. Elle a besoin de décompresser. Visite la ville, a une aventure avec Rafael, le serveur de l'hôtel, l'accompagnant dans un carnaval où elle danse sans compter. Mais il faut bien honorer sa promesse. Au volant d'une vieille américaine, la voici partie dans une sierra movie, guidée par Lucia, jeune humanitaire, qui devient son amie et amante. Arrivée à Cerro de Pasco, la plus haute ville minière au monde, elle rencontre des militants qui luttent pour les droits des travailleurs de cette cité hors normes. Ils ont connu sa mère, lui en parlent avec respect et lui conseillent d'aller à Cuzco, l'ancienne capitale des Incas, à 3600 mètres, pour rencontrer un chaman. Cette rencontre sera déterminante, mais avant de lui dire ce qu'il sait, le chaman tient à l'initier à la mochica, la vieille culture inca, en ingurgitant une décoction de plantes qui va la faire dormir. A son réveil, elle se sent sereine et prête à affronter la vérité, alors que la veille elle était angoissée. Le chaman la conduit alors à un hospice où elle retrouve enfin sa mère. Mais celle-ci ne la reconnaît pas, même si elle paraît contente de recevoir la visite de cette inconnue. Il ne s'agit pas d'Alzheimer. Pauline sait que la plupart des humanitaires reviennent souvent avec des troubles mentaux. Elle comprend que les épreuves que sa mère a traversées l'ont perturbée à un tel point qu'elle a gommé de sa mémoire tous ses souvenirs. D'abord accablée, Pauline se dit que sa mère semble heureuse et que c'est l'essentiel. Et elle comprend ce que voulait dire le chaman lorsqu'elle devait d'abord se trouver, en buvant cette décoction mochica. En venant au Pérou, il s'agissait d'une double quête, retrouver sa mère, accepter ce qu'elle était devenue, pour être enfin en paix avec elle-même... Ce roman nous entraîne sur les chemins escarpés des Andes péruviennes à la rencontre de populations parfois misérables, toujours ancrées dans les traditions incas, dans le sillage d'une jeune femme qui oscillera sans cesse de l'angoisse au bonheur. Mais qui repartira apaisée, riche de toutes ces rencontres effectuées tout au long de son parcours.